RESTEZ CONNECTES

 

ACTUS

Tels sont les « mots clefs » de la Fédération des Chambres Syndicales des Formateurs Consultants, au sortir de son Assemblée Générale 2017 (tenue à Paris le 24 juin dernier).

Page  1 sur 7  > >>

 

INFOS PRATIQUES

 

Vos CSFC en régions

 

ETRE UTILE, CONSTRUIRE, FEDERER, SE DEPASSER …


Tels sont les « mots clefs » de la Fédération des Chambres Syndicales des Formateurs Consultants, au sortir de son Assemblée Générale 2017 (tenue à Paris le 24 juin dernier).

La CSFC s’est ouverte à cette occasion à une réflexion d’avenir, nourrie d’une intervention stimulante de Philippe Lacroix (Centre INFFO), et de débats, parfois passionnés et souvent passionnants, sur les réalités et l’avenir de la profession, les défis qui l’impactent et la nécessité qu’il y a pour notre syndicalisme d’indépendants à être présent aux rendez-vous essentiels des mois à venir.

Nous n’avons aucune prétention individuelle ou collective à jouer les « prévisionnistes », mais nous voulons mettre en visibilité pour chacun(e) de nos adhérent(e)s et sympathisant(e)s et plus largement, pour toute la profession, le fruit de nos échanges tant au sein de la CSFC qu’avec nos nombreux partenaires, qui tous convergent.

Avec Antoine de Saint-Exupéry, nous sommes persuadés que « pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible » et donc, en premier lieu le rendre intelligible.

C’est le sens des différents chantiers que nous lançons (et dont vous retrouverez les éléments détaillés dans le Blog CSFC que nous lançons cet été) :

  • En poursuivant notre engagement sur la dimension Qualité de l’exercice de nos métiers de la Formation mais aussi du Conseil ;
  • En approfondissant notre investissement sur l’innovation, la FOAD et l’accompagnement des entreprises sur toute la chaîne de valeur du management des compétences ;
  • En investissant le débat ouvert par les nouveaux gouvernants sur les réformes – nécessairement à articuler – du Code du Travail (et par exemple de la reconnaissance de « Contrats de projet(s) » ou de l’émergence d’« Accords collectifs » ouverts aussi bien aux indépendants qu’aux salariés …), du « sort » des indépendants (et, au-delà, des « travailleurs autonomes »), de la mise en œuvre de « droits attachés à la personne » (à l’instar du CPA) et, bien sûr, de la nouvelle épure de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage ;
  • En faisant évoluer notre syndicalisme, ses fonctionnements et sa posture, jusque, et y compris, dans une recherche loyale et dynamique de rassemblement des bonnes volontés syndicales et associatives ; l’enjeu, c’est d’atteindre une représentativité cohérente avec les ambitions légitimes d’une profession en pleine évolution. Cette ambition, c’est celle de construire une nouvelle dynamique, dans une démarche collaborative, qui permette d’associer tous les métiers qui concourent au développement et à l’accompagnement des compétences nécessaires aux entreprises et au pays, aujourd’hui et demain.

 

Voilà pourquoi nous entamons à la fois de nouveaux efforts pour construire une offre de formation plus large et professionnalisante (dans un stricte cadre déontologique de non concurrence avec le marché et au bénéfice des seul(e)s adhérent(e)s de notre confédération UNAPL ) (au congrès de laquelle nous participeront activement), un investissement dans les grands rendez-vous de la profession (Assemblée du FFOD de Châlons-en-Champagne à la mi-décembre 2017, Université d’Hiver de la Formation Professionnelle avec le Centre INNFO fin janvier 2018,…). Et c’est enfin pour cela que nous serons partie prenante de nombreuses échéances partenariales : avec des structures représentatives du Conseil, du Coaching et avec nos collègues du SYCFI.

C’est en premier lieu avec eux que nous allons porter auprès du Ministère du Travail (puis sans doute aussi de Bercy) les priorités d’une « Table ronde professionnelle », que nous souhaitons permanente, et dont un « Comité exploratoire » organiséepar la DGEFP à la mi-septembre, va jeter les bases : préciser le périmètre de notre profession dans ses nouveaux contours et ses statuts éclatés, débattre des reconnaissances existantes et/ou à construire, identifier les modèles économiques existants et ceux souhaitables et poser les principes d’adaptation que les futures réformes pourraient porter …

Alors, avant de souhaiter un bel été à chacun(e), permettez-moi de revenir à celui qui nous fait souvent préférer son « Petit Prince » à celui de Machiavel, lorsqu’il nous rappelle que « l’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre » !

 

Jacques FAUBERT, Président fédéral

La CSFC adhère à l'FNOR